Méthodologie

L’arrivée du livre numérique constitue somme toute un changement tout récent. Les publications qui traitent de ce sujet sont peu nombreuses. La très grande majorité des informations que nous avons recueillies se trouvent dans les entrevues que nous avons réalisées avec les acteurs de la chaîne du livre, soit des écrivains, des éditeurs, des diffuseurs-distributeurs, des libraires et des bibliothécaires afin de représenter le plus fidèlement possible chacun des secteurs de la filière du livre à l’exception des imprimeurs, qui ne sont pas soumis à la Loi 51[1] et parce que, bien évidemment, les livres numériques ne nécessitent pas d’impression. D’ailleurs, les imprimeurs ne font pas partie de la Table interprofessionnelle du milieu du livre, qui regroupe les sept grandes associations professionnelles du secteur de l’édition. Nous avons également rencontré les nouveaux joueurs les plus influents du livre numérique, soit les représentants de l’entrepôt numérique, de la liseuse Kobo et de l’éditeur en ligne PressBook.

Chaque intervenant s’est prononcé sur les impacts de l’arrivée du livre numérique dans sa profession et sur les enjeux qui le touchaient plus spécifiquement. La liste des intervenants interviewés avec leur titre professionnel et la date de la rencontre se retrouve à l’annexe 1.

Étonnamment, aucune donnée statistique n’est disponible sur le marché de la plus grosse industrie culturelle au Québec. L’Observatoire de la culture et des communications[2] ne fournit aucun chiffre spécifique sur le livre numérique, et toutes les données concernant la vente de livres numériques sont incluses dans les statistiques générales. Monsieur Benoît Allaire, conseiller en recherche à l’Observatoire de la culture et des communications, nous a informés en juillet 2013 qu’une enquête sera menée à l’automne 2013 et qu’une publication à ce sujet est prévue pour l’hiver 2014. En comparaison, même si le marché en France représente moins de 4 % des ventes, de nombreuses études sont disponibles sur le sujet.


  1. Pour plus de détails sur cette Loi, voir la section 3.1.
  2. L’Observatoire est une instance au sein de l’Institut de la statistique du Québec dont la mission est de produire et diffuser des statistiques publiques sur les activités de la culture et des communications au Québec en réponse aux besoins concrets des intervenants du secteur. L’Observatoire est financé par un partenariat comprenant l’Institut de la statistique du Québec, le ministère de la Culture et des Communications, BAnQ, la SODEC, le CALQ et la Régie du cinéma.